Le Languedoc est le vignoble précurseur et leader concernant les pratiques durables et environnementales en France - Languedoc Wines

Le vignoble du Languedoc: précurseur des pratiques durables en France



    

Le Languedoc est le vignoble précurseur et leader concernant les pratiques durables et environnementales en France

En 10 ans, les surfaces sous labels ont triplé.

37% des surfaces bio sont implantées en Occitanie 

De nombreux vignerons du Languedoc sont aujourd'hui impliqués dans ces démarches de développement durable. 

Découvrez l'Observatoire du Développement Durable, une carte régionale interactive mettant en avant les projets liés au développement durable présents dans le vignoble du Languedoc.

Observatoire du Développement Durable

Le Domaine des Mathurins en AOC Saint-Chinian a récupéré un agneau : Alfred. Aujourd'hui, âgé de 3 semaines, Alfred est le point de départ d'un projet d'envergure au sein du domaine. En effet, la Famille Pistre a pour objectif d'avoir un troupeau de moutons afin de pouvoir tondre l'herbe des vignes mais aussi nettoyer la garrigue de façon naturelle. Cette technique d'éco-paturage permet d'éviter de tasser les sols tout en apportant des engrais organiques très favorables pour les sols. 

Sybil Baldassarre, jeune vigneronne de La Graine Sauvage en AOC Faugères est tombée amoureuse de la colline de Cabrerolles il y a 5 ans. Aujourd'hui, à la tête de son domaine d'environ 3 hectares, Sybil bichonne ses vignes avec une vue imprenable sur le terroir de Faugères. Elle y produit uniquement des vins blancs. Sensible au développement durable, elle garde ses vignes enherbées qu'elle travaille à la main. Passionnée par les anciens cépages, cette jeune vigneronne a le projet de démarrer un conservatoire de vieux cépages endémiques de la région. 

Sybil Baldassare - La Graine Sauvage

Fabien Lainé - CIVL

Didier Barral du Domaine Léon Barral en AOC Faugères détient environ une quarantaine de vaches, des ânes et des chevaux. Tout ces animaux sont en liberté dans ses parcelles de vignes. Ils sont d'une grande utilité pour les sols et la biodiversité. Ils permettent tout d'abord de tondre les parcelles de façon écologique. Leurs déjections, très riches en azote, favorisent la biodiversité au sein des sols. Didier Barral s'est effectivement rendu compte que sous les déjections des vaches, une faune de verres de terres, d'insectes se développait plus favorablement. Toutes ces vaches sont des espèces endémiques. Didier Barral souhaitent ainsi faire reconnaître ces différentes races de vaches, comme elles étaient présentes dans les fermes d'autrefois. 

Didier Barral avec son troupeau
Fabien Lainé/CIVL 




    



VOUS AIMEREZ AUSSI dans la catégorie : Actualités